Suis-je justifié par la foi?

Quand Dieu pardonne à un pécheur, le dispense de subir le châtiment mérité, le traite comme s’il n’avait jamais péché, il le reçoit dans sa faveur divine et le justifie à travers les mérites de la justice du Christ. Le pécheur ne peut être justifié que grâce à l’expiation consentie par le Fils bien-aimé de Dieu, qui s’est offert en sacrifice pour les péchés d’un monde coupable. Personne ne peut être justifié par une œuvre quelconque qu’il pourrait accomplir. C’est uniquement en vertu des souffrances, de la mort et de la résurrection du Christ qu’il peut être délivré de sa culpabilité, de la condamnation infligée par la loi, de la peine méritée par ses transgressions. La foi est la seule condition pour obtenir la justification, une foi qui ne soit pas seulement croyance, mais aussi confiance.
Plusieurs ne possèdent qu’une foi nominale en Christ, mais ils ne connaissent pas cette dépendance vitale par rapport à lui, qui leur permettrait de s’approprier les mérites d’un Sauveur crucifié et ressuscité. C’est à propos de cette foi nominale que Jacques a dit: “Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile?” Jacques 2:19, 20. Nombreux sont ceux qui admettent que Jésus-Christ est le Sauveur du monde, tout en se tenant éloignés de lui; ils négligent de se repentir de leurs péchés et d’accepter Jésus en tant que Sauveur personnel. Leur foi n’est qu’un simple assentiment de l’esprit qui rend hommage à la vérité sans que cette vérité soit introduite dans le cœur pour sanctifier l’âme et transformer le caractère. “Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés, et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.” Romains 8:29, 30. L’appel et la justification sont deux choses différentes. L’appel consiste dans l’attraction que le Christ exerce sur le pécheur; c’est l’action du Saint-Esprit sur le cœur, qui amène la conviction du péché et invite à la repentance.
Plusieurs ont des idées confuses au sujet des premiers pas à faire pour parvenir au salut. On s’imagine que la repentance est une œuvre que le pécheur doit produire de lui-même avant de s’approcher du Christ. On pense que le pécheur doit d’abord se rendre digne de recevoir le bienfait de la grâce de Dieu. S’il est vrai que la repentance doit précéder le pardon, puisque Dieu ne peut agréer qu’un cœur brisé et contrit, néanmoins le pécheur ne peut, de lui-même, se repentir et se préparer à aller au Christ. Le pécheur ne peut être pardonné que s’il se repent, mais la question à décider c’est de savoir si la repentance est l’œuvre du pécheur ou le don du Christ. Le pécheur doit-il attendre, pour aller au Christ, d’être bourrelé de remords à cause de ses péchés? Le premier pas dans la direction du Christ est le résultat de l’attraction de l’Esprit de Dieu; dès que l’homme répond en cédant à cette attraction il s’avance au-devant du Christ pour obtenir le don de la repentance.
Le pécheur est comparé à une brebis perdue; une brebis ne réintègre pas le bercail à moins d’être cherchée et ramenée par le berger. Personne n’est capable de se repentir de lui-même et de se rendre digne du bienfait de la justification. Le Seigneur Jésus ne cesse de s’efforcer d’influencer l’esprit du pécheur et l’induire à contempler l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde. Nous ne pouvons faire un seul pas dans la vie spirituelle si nous ne sommes attirés et fortifiés par Jésus, amenés à expérimenter cette repentance dont on ne se repent jamais.
Mis en présence des grands prêtres et des sadducéens, Pierre montra clairement que la repentance est un don de Dieu. Il dit, en parlant du Christ: “Dieu l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés.” Actes 5:31. La repentance est un don de Dieu aussi bien que le pardon et la justification; elle ne peut être expérimentée que grâce à un don du Christ. C’est par sa puissance et sa vertu que le Christ nous attire à lui. De lui procède la grâce de la contrition, de lui vient la justification.


Signification de la foi


Paul a écrit: “Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi: Ne dis pas en ton cœur: Qui montera au ciel? c’est en faire descendre Christ; ou: Qui descendra dans l’abîme? c’est faire remonter Christ d’entre les morts. Que dit-elle donc? La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or, c’est la parole de la foi, que nous prêchons. Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut.” Romains 10:6-10.
La foi qui sauve n’est pas une foi occasionnelle, un simple assentiment de l’intelligence; c’est une croyance enracinée dans le cœur et qui embrasse le Christ en tant que Sauveur personnel, assurée qu’il peut sauver parfaitement tous ceux qui s’approchent de Dieu par lui. Ce n’est pas une foi authentique, celle qui vous fait croire qu’il en sauvera d’autres, mais pas vous; une foi authentique se manifeste quand l’âme se repose sur le Christ, seul espoir de salut. Une telle foi amène celui qui la possède à placer sur le Christ toutes ses affections, à soumettre son entendement au contrôle du Saint-Esprit, à se laisser façonner, au point de vue du caractère, à la ressemblance divine. Ce n’est pas une foi morte, mais une foi agissante par l’amour, qui conduit à la contemplation de la beauté du Christ, pour ressembler toujours davantage au divin caractère. [Deutéronome 30:11-14 cité.] “L’Eternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et le cœur de ta postérité, et tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, afin que tu vives.” Deutéronome 30:6.
C’est Dieu qui circoncit le cœur. C’est le Seigneur qui accomplit l’œuvre tout entière, du commencement à la fin. L’âme condamnée à périr peut dire: “Je suis un pécheur perdu, mais le Christ est venu chercher et sauver ce qui était perdu. N’a-t-il pas dit: Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs Marc 2:17? Je suis un pécheur, et il est mort sur le Calvaire pour me sauver. Il n’est pas nécessaire que j’attende un instant de plus avant d’être sauvé. Il est mort et ressuscité pour ma justification; il me sauvera maintenant. J’accepte le pardon qu’il m’a promis.”


Justice imputée


Le Christ est un Sauveur ressuscité; il était mort, il est vrai, mais il est ressuscité; il est toujours vivant pour intercéder en notre faveur. Il nous faut croire de cœur à la justice et confesser de la bouche à salut. Ceux qui ont été justifiés par la foi ne manqueront pas de confesser le Christ. “Celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.” Jean 5:24. L’œuvre importante opérée chez le pécheur taché et souillé par le mal, c’est celle de la justification. Il est déclaré juste par Celui qui parle selon la vérité. Le Seigneur impute la justice du Christ au croyant et le proclame juste devant tout l’univers. Ses péchés sont transférés à Jésus, le représentant, le substitut et le garant du pécheur. L’iniquité de toute âme croyante est placée sur le Christ. “Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.” 2 Corinthiens 5:21.
Le Christ a offert une satisfaction pour la coulpe du monde entier; tous ceux qui s’approcheront de Dieu avec foi recevront la justice du Christ, “qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris”. 1 Pierre 2:24. Notre péché a été expié, éloigné loin de nous, jeté au fond des mers. Grâce à la repentance et la foi, nous sommes débarrassés du péché; nous pouvons regarder au Seigneur devenu notre justice. Jésus a souffert, lui juste pour des injustes.
Nos péchés nous placent sous la condamnation de la loi, mais le Christ ayant obéi à la loi fait valoir pour l’âme repentante les mérites de sa propre justice. Si un pécheur veut obtenir la justice du Christ, il doit expérimenter la repentance où s’opère un changement radical de sa pensée et de son esprit, ainsi que de sa conduite. Une œuvre de transformation doit commencer dans le cœur et déployer son efficacité dans chaque faculté; mais l’homme n’est pas capable de produire une telle repentance; il ne peut l’expérimenter que par le Christ qui est monté au ciel, emmenant une multitude de captifs, et a fait des dons aux hommes.
Qui veut devenir vraiment repentant? Que doit-il faire? — Il doit aller à Jésus tel qu’il est, sans retard. Il doit croire à la véracité du Christ, croire à sa promesse, et demander afin de recevoir. Quand un désir sincère pousse les hommes à la prière, ils ne prient pas en vain. Le Seigneur tiendra parole; il donnera son Saint-Esprit pour conduire à la repentance envers Dieu et à la foi au Seigneur Jésus-Christ. Le croyant priera et veillera, renoncera à ses péchés et prouvera sa sincérité par un effort vigoureux en vue d’observer les commandements de Dieu. La foi accompagnera sa prière; il ne se contentera pas de croire à la loi, mais il obéira à ses préceptes. Il prendra position avec le Christ sur cette question. Il renoncera à toute habitude et à toute relation sociale tendant à éloigner son cœur de Dieu.
Celui qui veut devenir enfant de Dieu doit accepter cette vérité: il ne faut pas moins que l’expiation du Christ pour que puissent être obtenus la repentance et le pardon. Avec cette assurance le pécheur fera un effort à la mesure de l’œuvre qui a été accomplie en sa faveur; sans se lasser il suppliera le trône de la grâce pour que la puissance divine se renouvelle constamment dans son âme. Le Christ ne pardonne qu’au repentant, mais il accorde la repentance à celui auquel il pardonne. Il a été pourvu à tout; la justice éternelle du Christ est mise au compte de l’âme croyante. Une robe précieuse, immaculée, tissée sur les métiers du ciel, attend le pécheur repentant et croyant, qui peut dire: “Je me réjouirai en l’Eternel, mon âme sera ravie d’allégresse en mon Dieu; car il m’a revêtu des vêtements du salut, il m’a couvert du manteau de la délivrance.” Ésaïe 61:10.
Une grâce abondante est mise à la disposition du croyant pour qu’il soit préservé du péché; en effet le ciel entier, avec ses ressources illimitées, est à sa portée. Il nous faut puiser aux sources du salut. Le Christ est la fin de la loi à justice pour quiconque croit. Pécheurs par nous-mêmes, nous sommes justes par Christ. Rendus justes par la justice imputée du Christ, nous sommes déclarés justes par Dieu qui nous traite comme des justes. Il voit en nous des enfants chéris. Le Christ agit en opposition avec la puissance du péché; où le péché a abondé la grâce surabonde. “Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu.” Romains 5:1, 2.
“Ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus.” Romains 3:24-26. “Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.” Ephésiens 2:8. [Jean 1:14-16 cité.]


La promesse de l’Esprit


Le Seigneur veut que les siens aient une foi saine, — qu’ils n’ignorent pas le grand salut qui leur est si généreusement offert. Ils ne doivent pas regarder dans l’avenir, attendant qu’une grande œuvre soit accomplie pour eux; car l’œuvre est achevée. Il n’est pas demandé au croyant de faire sa paix avec Dieu, ce qu’il n’a jamais fait et ne pourra jamais faire. Il doit accepter la paix en Christ, car avec lui on trouve Dieu et la paix. Le Christ a aboli le péché, ayant subi sa lourde malédiction en son corps sur le bois, et par là délivré de la malédiction tous ceux qui l’acceptent comme leur Sauveur personnel. Il met fin à la domination que le péché exerce sur le cœur; dès lors la vie et le caractère du croyant attestent le caractère authentique de la grâce du Christ. A ceux qui s’adressent à lui Jésus communique le Saint-Esprit; car il faut que chaque croyant soit délivré de toute souillure, comme aussi de la malédiction et de la condamnation prononcée par la loi. Grâce à la sanctification que le Saint-Esprit opère par le moyen de la vérité, le croyant est qualifié pour les parvis célestes; en effet le Christ opère en nous et place sa justice sur nous. Sans cela personne n’a droit au ciel. Nous ne saurions pas jouir du ciel si nous n’étions préparés à respirer cette sainte atmosphère par l’influence de l’Esprit et la justice du Christ.
Le candidat au ciel doit répondre aux exigences de la loi: “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même.” Luc 10:27. Ce qu’on ne peut faire qu’en saisissant la justice du Christ par la foi. Par la contemplation de Jésus nous recevons un principe vivant et grandissant; le Saint-Esprit poursuit son œuvre, si bien que le croyant avance de grâce en grâce, de force en force, de progrès en progrès. Il se conforme toujours plus à l’image du Christ, jusqu’à ce que sa croissance spirituelle atteigne à la mesure de la stature du Christ Jésus. C’est ainsi que le Christ met fin à la malédiction du péché et soustrait l’âme croyante à son action et à ses effets. Le Christ seul peut faire cela, car il convenait qu’il fût “rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés.” Hébreux 2:17. La réconciliation consiste en ceci: toute barrière existant entre l’âme et Dieu est enlevée, et le pécheur comprend ce que signifie l’amour du Dieu qui pardonne. En raison du sacrifice consenti par le Christ en faveur des hommes déchus, Dieu peut en toute justice pardonner au transgresseur qui accepte les mérites du Christ. Le Christ est le canal qui fait couler du cœur de Dieu dans celui du pécheur la miséricorde, l’amour et la justice. “Il est fidèle et juste pour … pardonner [nos péchés], et pour nous purifier de toute iniquité.” 1 Jean 1:9.
Daniel avait annoncé que le Christ viendrait “pour faire propitiation pour l’iniquité, et pour introduire la justice des siècles”. (Daniel 9:24, version Darby.) Toute âme peut dire: “Il a satisfait les exigences de la loi par une parfaite obéissance; mon seul espoir est de regarder à lui, mon substitut et mon garant, qui pour moi a parfaitement obéi à la loi. La confiance en ses mérites me délivre de la condamnation de la loi. Il me couvre de sa justice, qui répond à toutes les exigences de la loi. Il me présente à Dieu vêtu du vêtement immaculé dont pas un seul fil n’a été tissé par l’homme. Tout est du Christ; aussi toute gloire, tout honneur, toute majesté sont dus à l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde.”
Plusieurs attendent une impulsion particulière pour aller au Christ; mais il suffit de se présenter avec sincérité, décidé d’accepter la miséricorde et la grâce qui nous sont offertes. Disons donc: “Le Christ est mort pour me sauver. Le Seigneur veut mon salut; j’irai donc immédiatement à Jésus, tel que je suis. Je cours le risque, appuyé sur la promesse. Alors que le Christ m’attire, je réponds.” L’apôtre a dit: “C’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice.” Romains 10:10. Mais personne ne peut croire de tout son cœur pour parvenir à la justice tout en persistant à pratiquer les choses défendues par la Parole de Dieu ou en négligeant un devoir connu.


Les bonnes oeuvres sont le fruit de la foi


La vraie foi se manifeste par de bonnes œuvres; en effet, les bonnes œuvres sont le fruit de la foi. Dès lors que Dieu opère dans le cœur, et que l’homme se soumet à la volonté de Dieu et coopère avec Dieu, il extériorise dans sa vie ce que Dieu produit en lui par le Saint-Esprit; il y a accord entre le dessein du cœur et la conduite extérieure. Il faut renoncer à tout péché comme à une chose odieuse qui a crucifié le Seigneur de vie et de gloire; le croyant doit progresser dans son expérience en accomplissant sans cesse les œuvres du Christ. On conserve le bienfait de la justification en livrant continuellement sa volonté, en obéissant toujours.
Ceux qui sont justifiés par la foi doivent avoir à cœur de marcher dans la voie du Seigneur. Un homme dont les actions ne correspondent pas à sa profession de foi montre par là qu’il n’est pas justifié par la foi. Jacques a dit: “Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite.” Jacques 2:22.
Une foi qui ne produit pas de bonnes œuvres ne purifie pas l’âme. “Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement.” Jacques 2:24. “Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice.” Romains 4:3.
L’imputation de la justice du Christ procède de la foi justifiante: c’est là la justification tant recommandée par Paul: “Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience…. Anéantissons-nous donc la loi par la foi? Loin de là! Au contraire, nous confirmons la loi.” Romains 3:20-31.
La grâce est une faveur imméritée; le croyant est justifié sans aucun mérite de sa part, n’ayant rien à faire valoir auprès de Dieu. Il est justifié grâce à la rédemption offerte en Christ Jésus, qui se tient dans les parvis célestes en tant que substitut et garant du pécheur. Mais alors qu’il est justifié à cause des mérites du Christ, il n’est pas libre de commettre l’injustice. La foi agit par amour et purifie l’âme. La foi bourgeonne, fleurit et produit une récolte de bons fruits. Partout où existe la foi, les bonnes œuvres font leur apparition. Les malades reçoivent des visites, les pauvres des soins, les orphelins et les veuves ne sont pas négligés, ceux qui sont nus sont vêtus, les indigents sont nourris. Le Christ allait de lieu en lieu en faisant du bien; quand les hommes sont unis à lui ils aiment les enfants de Dieu; la douceur et la vérité guident leurs pas. L’expression de leur visage révèle leur expérience; les hommes se rendent compte que ces personnes ont été avec Jésus et ont appris de lui. Le Christ et le croyant deviennent un; la beauté de son caractère éclate chez ceux qui entretiennent une communion vivante avec la Source de la puissance et de l’amour. Le Christ est le grand dépositaire de la justice justifiante et de la grâce sanctifiante.
Tous peuvent aller à lui et recevoir de sa plénitude. Il dit: “Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.” Matthieu 11:28. Pourquoi donc ne pas rejeter toute incrédulité pour écouter les paroles de Jésus? Vous désirez le repos; vous soupirez après la paix. Dites alors, du fond du cœur: “Seigneur Jésus, je viens puisque tu m’as invité.” Attachez-vous à lui d’une foi ferme: il vous sauvera. Avez-vous regardé à Jésus, le chef et le consommateur de la foi? Avez-vous contemplé Celui qui est plein de vérité et de grâce? Avez-vous accepté la paix que le Christ seul peut donner? Si vous ne l’avez pas encore fait, soumettez-vous à lui; recherchez par sa grâce un caractère noble et élevé. Recherchez un esprit constant, résolu, joyeux. Nourrissez-vous de Christ, le pain de vie; alors le charme de son caractère et de son esprit se manifestera en vous.

Qu’est-ce que Dieu attend-t-il vraiment de moi?

… jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite du Christ. Ephésiens 4:13.
La mesure du caractère que le Christ nous donne la possibilité d’atteindre … c’est la mesure parfaite. En s’efforçant de l’atteindre, l’homme voit ses sens se troubler. On se pose la question: “Prétends-tu sonder les pensées de Dieu?” Job 11:7. Toutefois, il nous a donné la possibilité de devenir semblables à lui par notre caractère. Oh! que faut-il aux hommes et aux femmes pour leur faire sentir à quel point elle est indispensable, cette transformation qui leur permettra de refléter l’image divine?
Beaucoup parmi ceux qui prétendent suivre le Christ présentent au monde une image dégradée du christianisme, parce qu’ils n’atteignent pas la mesure qui les qualifie pour être élus de Dieu. Celui qui ne prend pas constamment pour mesure la loi sainte de Dieu se crée une mesure pour lui-même. Il lui manque le principe vital de l’Evangile. C’est un serviteur inutile, car il vit et travaille à un niveau d’activité peu élevé. Il ne fait pas de la présence du Christ son soutien, et ce qu’il laisse entrevoir de la vie spirituelle est une déformation. Sa vie est une comédie. Il ne puise pas aux sources supérieures de la vie qui vient de Dieu, et il n’est pas prêt à devenir membre de la famille royale, enfant du Roi des cieux. Il est mort spirituellement, car il n’incorpore pas à sa propre vie la vie que le Christ met à sa disposition. Il ne saisit pas la puissance que le ciel lui offre pour lui permettre de vaincre.
Personne ne peut emporter au ciel les traits naturels et cultivés de son caractère. Celui qui a traîné après lui ces traits pendant son temps de grâce a mal représenté le Christ, car il a agi d’après des principes que Dieu ne peut approuver. Les principes de la véritable vie spirituelle ne sont pas compris de ceux qui connaissent la vérité mais ne la mettent pas en pratique.
Le Seigneur demande des réformes, des réformes précises, bien marquées. Ceux dans le cœur desquels le Christ abonde manifesteront sa présence dans leurs relations avec leur prochain. Mais les principes de certains ont dévié depuis si longtemps qu’ils en ont perdu le discernement, et la flèche atteint rarement le but. Comment peut-on y remédier? Ce n’est possible qu’en prêtant attention à la prière du Christ: “Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité.” Jean 17:17-19. Il n’existe pas une manière détournée par laquelle l’œuvre de la sanctification puisse prendre place.

Les mystères de la pluie de l’arrière-saison

L’œuvre de l’Esprit est liée à la pluie

“Il vous donnera la pluie en son temps, il vous enverra la pluie de la première et de l’arrière-saison.” Joël 2:23. En Orient, la première pluie tombe au moment des semailles. Elle est nécessaire afin que la semence puisse germer. Sous l’influence des pluies fertilisantes, les tendres pousses sortent du sol. La pluie de l’arrière-saison, qui tombe vers la fin de la saison, mûrit le grain et le prépare pour la moisson. Le Seigneur utilise ces phénomènes naturels pour illustrer l’œuvre de l’Esprit.

De même que la rosée et la pluie sont données d’abord pour permettre la germination de la semence, puis pour mûrir la moisson, le Saint-Esprit est accordé pour mener à bonne fin, d’étape en étape, le processus de la croissance spirituelle. La maturation du grain symbolise l’achèvement de l’œuvre de la grâce de Dieu dans l’âme de tout croyant. Par la puissance du Saint-Esprit, l’image morale de Dieu doit être rendue parfaite dans le caractère. Nous sommes appelés à être transformés complètement à la ressemblance du Christ.

La pluie de l’arrière-saison, qui mûrit la moisson du monde, représente la grâce spirituelle qui prépare l’Église à la venue du Fils de l’Homme. Mais a moins que la première pluie ne soit tombée, la semence demeurera sans vie; la jeune pousse verte ne se lèvera pas. Si les premières averses n’ont pas accompli leur œuvre, la pluie de l’arrière-saison ne peut amener aucune semence à la perfection.


A. L’Application Historique à l’Ensemble de l’Église la Première Pluie lors de la Pentecôte en l’an 31

Pour obéir à l’ordre du Christ, ils [les disciples] attendaient à Jérusalem la promesse du Père: l’effusion du Saint-Esprit. Ils n’attendaient pas paresseusement. Le récit nous apprend qu’ils “étaient continuellement dans le temple louant et bénissant Dieu” Luc 24:53.

Tandis que les disciples attendaient l’accomplissement de la promesse, ils humiliaient leur cœur dans la vraie repentance et ils confessaient leur incrédulité… Les disciples priaient avec une intense ferveur afin d’être rendus aptes à rencontrer les hommes et à prononcer quotidiennement les paroles qui conduiraient les pécheurs au Christ. Laissant de côté toutes leurs différences, tous leurs désirs de domination, ils se rapprochèrent les uns des autres dans l’amitié chrétienne.

C’est après que les disciples furent parvenus à l’unité parfaite, lorsqu’ils ne briguaient plus la première place, que le Saint-Esprit leur fut accordé.

L’effusion du Saint-Esprit aux jours des apôtres était le commencement de la première pluie, et le résultat en fut glorieux. Jusqu’à la fin des temps, la présence du Saint-Esprit accompagnera la véritable Église.


Les conséquences de la première pluie, à la Pentecôte

Sous l’influence de l’Esprit, des paroles de repentance et de confession se mêlaient aux chants de reconnaissance pour le pardon des péchés… Des milliers d’âmes se convertissaient en un seul jour…

Le Saint-Esprit les rendit capables de parler avec aisance des langues qu’ils ignoraient auparavant… Le Saint-Esprit accomplit pour eux ce qu’ils n’auraient pu accomplir par eux-mêmes durant toute une vie.

Leur cœur débordait d’un tel enthousiasme, si plein, si profond, si rayonnant, qu’il les poussa à aller jusqu’aux extrémités de la terre, afin de témoigner du pouvoir du Christ.

Quel fut le résultat de l’effusion du Saint-Esprit au jour de la Pentecôte? La bonne nouvelle d’un Sauveur ressuscité fut portée jusqu’aux confins du monde… L’Église vit des convertis venir de tous les horizons. Ceux qui avaient apostasié, se reconvertissaient… L’ambition des croyants était de révéler le caractère du Christ et de contribuer à l’extension de son royaume.


La promesse de la pluie de l’arrière-saison

L’effusion de l’Esprit aux jours des apôtres était la “première pluie”, et le résultat en fut glorieux. Mais la pluie de l’arrière-saison sera encore plus abondante.

Vers la fin de la moisson terrestre, un don spécial de la grâce spirituelle est promis pour préparer l’Église à la venue du Fils de l’Homme. Cette effusion de l’Esprit est comparée à la pluie de l’arrière-saison.

Avant que les jugements de Dieu ne visitent notre terre, il se manifestera parmi le peuple du Seigneur un tel réveil de la sainteté primitive qu’on n’en aura jamais vu de semblable depuis les temps apostoliques. L’Esprit et la puissance de Dieu seront répandus sur ses enfants.

L’œuvre accomplie sera semblable à celle de la Pentecôte. De même que la “première pluie” a été donnée par l’effusion de l’Esprit qui a marqué les débuts de l’histoire de l’Évangile, afin de faire lever la précieuse semence, ainsi, la “pluie de l’arrière-saison” sera déversée à la fin de cette histoire pour faire mûrir la moisson.


La pluie de l’arrière-saison provoquera le grand cri

En ce temps-là, la “pluie de l’arrière-saison”, c’est-à-dire le rafraîchissement apporté par la présence du Seigneur, viendra, afin de donner de la puissance à la grande voix du troisième ange, et pour préparer les saints à résister dans la période où les dernières plaies se déverseront.

J’entendis ceux qui portaient l’armure prononcer la vérité avec une grande puissance. Elle avait beaucoup d’effet… Je demandai ce qui avait opéré ce changement. Un ange répondit: “C’est la pluie de l’arrière-saison, le rafraîchissement apporté par la présence de Dieu, le grand cri du troisième ange.”


B. Application personnelle aux Chrétiens individuels


La première pluie produit la conversion; la pluie de l’arrière-saison développe un caractère comparable à celui du Christ

Tout notre avenir chrétien dépend de ce qui nous donne la force du premier départ. Les bénédictions de la première pluie nous sont utiles jusqu’à la fin… Tandis que nous rechercherons Dieu pour obtenir le Saint-Esprit, il provoquera en nous la douceur, l’humilité de l’esprit, le sentiment de notre dépendance à l’égard de Dieu pour recevoir la pluie de l’arrière-saison, qui rend parfait.

Le Saint-Esprit cherche à habiter en chaque âme. S’il est accueilli comme un invité honoré, ceux qui le recevront seront rendus parfaits en Christ. La bonne œuvre commencée sera achevée; les pensées saintes, les affections célestes, les actions semblables à celles du Christ remplaceront les pensées impures, les sentiments pervers, et les actes de rébellion.

Même si nous avons reçu une certaine mesure de l’Esprit de Dieu, par la prière et la foi, nous devons continuellement rechercher une plus large portion de l’Esprit. Nous ne devrons jamais cesser nos efforts en ce sens. Si nous ne progressons pas, si nous ne nous mettons pas en condition de recevoir la première pluie et celle de l’arrièresaison, nous perdrons nos âmes, et c’est à nous que la responsabilité en incombera…

Les convocations de l’Église, comme les camps meetings ou les rassemblements à l’église locale, et toutes les occasions où s’effectue un travail personnel en faveur des âmes, sont autant de rendez-vous de Dieu où nous est donnée l’opportunité de recevoir la pluie de la première saison celle et de l’arrière-saison.

Lorsque la voie sera préparée pour l’Esprit de Dieu, la bénédiction viendra. Satan ne peut pas plus empêcher la pluie de bénédictions de descendre des cieux sur le peuple de Dieu qu’il ne peut fermer les fenêtres du ciel pour empêcher la pluie de tomber sur la terre.


Nous devrions prier avec ferveur pour demander l’effusion du Saint-Esprit

Nous devrions prier pour l’effusion du Saint-Esprit avec autant de ferveur que les apôtres l’ont fait au jour de la Pentecôte. S’ils en avaient besoin en ce temps-là, à combien plus forte raison en avons-nous besoin aujourd’hui.

La descente du Saint-Esprit sur l’Église est considérée comme encore à venir, mais c’est le privilège de l’Église que de la recevoir dès maintenant. Recherchez-la, priez pour elle, croyez en elle. Nous devons la recevoir, et les cieux attendent de nous la donner.

La mesure du Saint-Esprit qui nous sera accordée sera proportionnelle à celle de notre désir et de notre foi, et de l’usage que nous ferons de la lumière et de la connaissance qui nous seront données.

Nous ne sommes pas suffisamment désireux de déranger le Seigneur par nos demandes, afin de recevoir de lui le don du Saint-Esprit. Le Seigneur souhaite que nous l’importunions à ce sujet. Il désire que nous assiégions son trône de nos prières.


Nous devons humilier nos cœurs dans la vraie repentance

Un réveil de la véritable piété parmi nous est le plus grand et le plus urgent de tous nos besoins. Rechercher cette piété devrait être notre premier travail. Nous devons fournir un effort persévérant pour obtenir la bénédiction du Seigneur, non que Dieu ne veuille nous accorder ses bénédictions, mais parce que nous ne sommes pas préparés à les recevoir. Notre Père des cieux est plus désireux de donner le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent, que les parents terrestres ne le sont de donner de bonnes choses à leurs enfants. Mais il nous incombe, par la confession, l’humiliation, la repentance et la prière fervente, de remplir les conditions que Dieu requiert pour nous accorder la bénédiction qu’il nous a promise. Un réveil ne peut être espéré que comme une réponse à la prière.

Je vous annonce qu’il devrait y avoir un complet réveil parmi nous. Le corps pastoral doit se convertir. Des confessions, la repentance, des conversions sont nécessaires. Beaucoup de ceux qui prêchent le Parole ont besoin de la grâce transformatrice de Dieu dans leur cœur. Ils ne devraient tolérer aucun obstacle à l’œuvre qui est à accomplir avant qu’il ne soit trop tard pour toujours.


La réforme doit accompagner le réveil

Un réveil et une réforme doivent prendre place, sous la direction du Saint-Esprit. Le réveil et la réforme sont deux choses différentes. Le réveil implique un renouveau de la vie spirituelle, une dynamisation des puissances de l’esprit et du cœur, une résurrection qui libère de la mort spirituelle. La réforme implique de son côté une réorganisation, un changement dans les idées et les théories, les habitudes et les pratiques. La réforme ne portera pas le bon fruit de justice à moins d’être étroitement associée à un réveil de l’Esprit. Le réveil et la réforme ont chacun leur rôle à remplir, mais ils doivent marcher de pair dans cette œuvre.


Nous devons renoncer aux rivalités et aux dissensions

Lorsque les ouvriers auront le Christ constamment dans leur cœur, lorsqu’ils auront renoncé à tout égoïsme, lorsqu’ils ne seront animés d’aucun sentiment de rivalité, lorsqu’ils ne se laisseront aller à aucune manœuvre dominatrice, lorsque l’unité existera véritablement, lorsqu’ils se sanctifieront de sorte que l’amour fraternel sera évident et ressenti de tous, alors, les ondées de la grâce du Saint-Esprit descendront sur eux aussi sûrement que la promesse de Dieu ne manque jamais de s’accomplir à tous égards. Mais lorsque le travail des autres est déprécié par des ouvriers qui veulent mettre en évidence leur propre supériorité, ils prouvent que leur œuvre n’est pas de bon aloi. Dieu ne peut les bénir.

Si nous voulons subsister au grand jour du Seigneur et trouver refuge dans le Christ, notre haute forteresse, nous devons renoncer à l’envie, et à toute manœuvre dominatrice. Nous devons détruire complètement les racines de ces choses impures, afin qu’elles ne puissent plus se développer dans notre vie. Nous devons prendre nettement parti pour le Seigneur et nous placer à ses côtés.

Que les chrétiens abandonnent tout esprit de dissension et se donnent à Dieu pour le salut de ceux qui se perdent. Qu’ils réclament avec foi la bénédiction promise, et elle viendra.


S’aimer les uns les autres

Le christianisme est le révélateur de l’affection fraternelle la plus tendre… Le Christ s’attend à recevoir l’amour suprême des êtres qu’il a créés. Et il exige également que l’homme porte un regard de tendresse sur ses compagnons. Toute âme sauvée le sera par l’amour, dont la source est en Dieu. La vraie conversion renonce à l’égoïsme et lui préfère une affection sanctifiée pour Dieu et pour les autres.

Les qualités que Dieu apprécie le plus sont la charité et la pureté. Ces qualités devraient être particulièrement recherchées par chaque chrétien.

Le plus puissant argument en faveur de l’Évangile, c’est un chrétien aimant et aimable.


Un renoncement total est requis

Dieu n’accepte rien de moins qu’un abandon complet de soi-même. Les chrétiens au cœur partagé, les pécheurs, ne pourront jamais entrer dans les cieux.
Ils n’y trouveraient aucun bonheur, car ils ne savent rien des principes élevés et saints qui gouvernent les membres de la famille royale. Le vrai chrétien garde les fenêtres de l’âme ouvertes vers les cieux. Il vit dans l’amitié du Christ. Son plus cher désir est de devenir de plus en plus semblable au Christ.

Nous ne pouvons pas nous servir du Saint-Esprit. C’est lui qui doit se servir de nous. Par l’Esprit, Dieu travaille au sein de son peuple “car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir” Philippiens 2:13. Mais il en est beaucoup qui refusent de se soumettre à ce principe. Ils veulent garder leur autonomie. C’est pourquoi ils ne reçoivent pas le don céleste. C’est seulement à ceux qui espèrent humblement en Dieu, qui recherchent son conseil et sa grâce, que l’Esprit est donné.


Préparer la voie pour la pluie de l’arrière-saison

J’ai vu que personne ne pouvait prendre part au “rafraîchissement” à moins d’avoir obtenu la victoire sur chaque défaut, sur l’orgueil, l’égoïsme, l’amour du monde et sur chaque mauvaise parole et chaque mauvaise action. Nous devrions donc nous rapprocher de plus en plus près du Seigneur et chercher avec ferveur la préparation nécessaire qui nous permettra de rester debout dans la bataille, au jour du Seigneur.

Nous devons remédier à nos défauts de caractère et purifier le temple de l’âme de toute souillure. Alors, la pluie de l’arrière-saison tombera sur nous tout comme la première pluie est tombée sur les disciples au jour de la Pentecôte.

Il n’est rien que Satan redoute autant que l’action du peuple de Dieu qui prépare la voie en ôtant tout obstacle, en sorte que le Seigneur puisse déverser son Esprit sur l’Église languissante… On peut résister à chaque tentation, chaque influence néfaste, qu’elles soient notoires ou secrètes, “ni par la puissance ni par la force, mais [c’est] par mon esprit, dit l’Éternel des armées” Zacharie 4:6.

La pluie de l’arrière-saison viendra, et la bénédiction de Dieu emplira chaque âme purifiée de toute souillure. C’est notre tâche aujourd’hui de soumettre notre âme au Christ, afin que nous soyons prêts pour le temps de rafraîchissement que le Seigneur nous enverra — et prêts pour le baptême du Saint-Esprit.


Devenir des ouvriers actifs au service du Christ

Lorsque les Églises deviendront vivantes, actives, le Saint-Esprit leur sera accordé en réponse à leur demande sincère… Les fenêtres des cieux s’ouvriront pour déverser les ondées de la pluie de l’arrière-saison.

La grande effusion du Saint-Esprit, qui illumine toute la terre de sa gloire, ne viendra pas tant que nous n’aurons pas un peuple illuminé, qui sache, par l’expérience, ce que c’est d’être ouvrier avec Dieu. Lorsque nous aurons une entière consécration au service du Christ accompli de tout notre cœur, Dieu reconnaîtra ce fait par une effusion sans mesure de son Esprit. Mais cela ne se produira jamais tant que la plus grande partie de l’Église ne travaille pas avec Dieu.

Lorsqu’on ne pourra plus accuser l’Église d’indolence et de paresse, l’Esprit du Seigneur se manifestera gracieusement. Le pouvoir divin sera révélé. L’Église verra alors l’œuvre providentielle du Seigneur des armées.


Gardez le vase propre et dirigé vers le haut

Nous n’avons pas à nous soucier de la pluie de l’arrière-saison. Tout ce que nous avons à faire, c’est de garder le vase propre, droit et prêt à recevoir la pluie céleste, sans cesser de prier: “Permets que la pluie de l’arrière-saison vienne dans mon vase. Que la lumière de l’ange de gloire qui s’unit au troisième ange brille sur moi; donne-moi une part dans cette œuvre; permets-moi de faire entendre la proclamation; permets-moi d’être un collaborateur de Jésus-Christ.” Si vous cherchez Dieu ainsi, laissez-moi vous dire qu’il vous dirigera sans cesse et vous donnera sa grâce.

La réponse pourrait venir d’un seul coup avec une rapidité soudaine et une puissance débordante, mais elle pourrait aussi être retardée pendant des jours et des semaines, et notre foi être ainsi mise à l’épreuve. Mais Dieu sait comment et quand répondre a notre prière. C’est à nous qu’il incombe de nous mettre en relation avec le canal divin. Dieu est responsable de sa part de l’œuvre. Il est fidèle, celui qui a fait la promesse. La grande affaire qui nous concerne, c’est l’unité du cœur et de l’esprit, laissant de côté tout sentiment envieux et toute malice, et, comme d’humbles suppliants, c’est à nous de veiller et d’attendre. Jésus, notre représentant et notre chef, est prêt à faire pour nous ce qu’il a fait pour ceux qui priaient et veillaient au jour de la Pentecôte.

Je n’ai reçu aucune révélation particulière concernant le moment où se produira l’effusion du Saint-Esprit — où l’ange puissant descendra des cieux pour s’unir au troisième ange à la fin de l’œuvre en faveur de notre monde. Mon message: que notre unique sauvegarde consiste à être prêts pour le rafraîchissement céleste, en gardant nos lampes prêtes et allumées.


Tous ne recevront pas la pluie de l’arrière-saison

Il m’a été montré que si le peuple de Dieu ne fait pas d’efforts par lui-même, mais attend le rafraîchissement spirituel pour qu’il vienne sur lui, enlève ses défauts et corrige ses erreurs; s’il attend passivement d’être ainsi purifié des souillures de la chair et de l’esprit et rendu propre à s’engager pour le cri du troisième ange, il sera trouvé léger.

Espérons-nous voir l’Église tout entière réveillée? Ce temps ne viendra jamais. Il y a dans l’Église des personnes inconverties qui ne s’uniront pas à des prières ferventes et efficaces. Nous devons entrer dans l’œuvre individuellement. Nous devons prier davantage, et moins parler.

Nous pouvons être assurés que, lorsque le Saint-Esprit sera donné, ceux qui n’ont pas su recevoir et apprécier la première pluie, ne verront ni ne comprendront la valeur de la pluie de l’arrière-saison.

Ceux qui mettent leur vie en accord avec la lumière qu’ils ont connue recevront seuls une plus grande lumière. À moins que nous ne progressions chaque jour dans la mise en pratique des vertus chrétiennes actives, nous ne saurons pas reconnaître les manifestations du Saint-Esprit dans la pluie de l’arrière-saison. Il descendra peut-être dans le cœur de tous ceux qui nous entourent sans que nous le discernions ou que nous le recevions nous-mêmes.

Ceux qui n’accomplissent aucun effort décisif, mais attendent simplement que le Saint-Esprit les pousse à l’action, périront dans l’obscurité. Vous ne devez pas rester assis immobile et sans rien faire dans l’œuvre de Dieu.

Qu’est-ce que la véritable sanctification?

La charité

Voici le jeûne que je préconise: détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens du joug, renvoie libres ceux qu’on écrase, et que l’on rompe toute espèce de joug; partage ton pain avec celui qui a faim et ramène à la maison les pauvres sans abri; si tu vois un homme nu, couvre-le, et ne te détourne pas de celui qui est ta (propre) chair. Ésaïe 58:6
La vérité, la précieuse vérité, possède une influence sanctifiante. La sanctification de l’âme par l’opération du Saint-Esprit consiste à implanter la nature du Christ dans l’humanité. C’est la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ révélée dans le caractère, mise en action dans de bonnes œuvres. Ainsi le caractère se transforme toujours plus selon l’image du Christ en justice et en véritable sainteté.
La vérité divine fixe de vastes exigences se manifestant en toutes sortes de bonnes œuvres. Les vérités de l’Evangile ne sont pas sans rapport les unes avec les autres. Ensemble, elles constituent un collier de joyaux célestes, comme ce fut le cas dans le travail personnel du Christ, et, comme des fils d’or, elles se retrouvent tout le long du travail et de l’expérience chrétienne.
La moindre négligence de la part de ceux qui prétendent être disciples du Christ, un manquement dans l’aide due à un frère ou à une sœur qui portent le joug de la pauvreté et de l’oppression, sont enregistrés dans les livres du ciel comme étant à l’encontre du Christ dans la personne de ses saints. Le Seigneur devra demander des comptes à plusieurs, vraiment plusieurs, qui présentent aux autres les paroles du Christ, mais ne manifestent pas de tendre sympathie et de respect envers un frère dans la foi qui a moins de fortune et de réussite qu’eux-mêmes. Plusieurs laisseront un frère lutter contre des circonstances adverses sans leur porter secours, et en agissant ainsi ils donnent à cette précieuse âme l’impression qu’ils représentent le Christ. Il n’en est rien; Jésus, qui était riche, s’est appauvri pour nous, afin que par sa pauvreté nous fussions enrichis. Pour sauver le pécheur, il n’a pas épargné sa propre vie. Le cœur du Christ reste toujours sensible au malheur humain.

Comment crucifier le « moi »?

Je suis crucifié avec Christ, et ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ, qui vit en moi; ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. Galates 2:20.
Nous sommes invités à réfléchir avec candeur et sérieux à la question. Nous sommes-nous humiliés nous-mêmes devant Dieu, pour que le Saint-Esprit puisse œuvrer en nous par sa puissance transformatrice? En tant qu’enfant de Dieu, nous avons le privilège d’être travaillés par son Esprit. Quand le moi est crucifié, le Saint-Esprit se saisit des cœurs brisés et en tire des vases d’honneur. Ils sont dans ses mains comme de l’argile dans les mains du potier. Jésus-Christ élèvera ces hommes et ces femmes à un niveau supérieur dans leur vie mentale, physique et sur le plan de la puissance morale. Les grâces de l’Esprit donneront de la solidité au caractère. Elles exerceront une influence pour le bien, car le Christ demeure dans l’âme.
A moins que cette puissance de conversion ne traverse nos Eglises, à moins qu’un réveil de l’Esprit de Dieu ne survienne, la profession de foi des membres d’Eglise n’en fera pas pour autant des chrétiens. Il se trouve en Sion des pécheurs qui ont besoin de se repentir des péchés qu’ils ont chéris comme de précieux trésors. Jusqu’à ce que ces péchés soient discernés, et éjectés de l’âme, jusqu’à ce que tout trait de caractère fautif et désagréable soit transformé par l’influence de l’Esprit, Dieu ne pourra se manifester avec puissance. Le cas du pécheur manifeste laisse plus d’espoir que celui des justes de profession, qui ne sont ni purs, ni saints, ni sans défauts.
Qui désire se prendre en main? Qui décide de poser le doigt sur ses idoles de péché adulées, pour permettre au Christ de purifier le temple en chassant les acheteurs et les vendeurs? Qui est prêt à laisser Jésus entrer dans l’âme pour la purifier de tout ce qui tache ou corrompt? L’objectif est: “Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.” Matthieu 5:48. Dieu appelle les hommes et les femmes à vider leurs cœurs du moi. Alors son Esprit pourra trouver des entrées qui ne soient pas obstruées. Arrêtez d’essayer d’agir par vous-mêmes. Demandez à Dieu d’œuvrer en et par vous jusqu’à ce que les paroles de l’apôtre deviennent les vôtres: “Et ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ, qui vit en moi.” Galates 2:20.